Résumé TTE Spa

Une équipe française sur un circuit belge avec un équipage suisse, tels furent les ingrédients de la première course du Trophée Tourisme Endurance 2015.

 

La météo pour cette première manche fut des plus tumultueuses. En effet, les essais se déroulèrent sur le sec le vendredi tandis que les qualifications furent effectuées sur une piste froide et détrempée. Au début de la course, la neige fit son apparition pour se clôturer sur le sec.

 

Une fois n’est pas coutume, trois pilotes de nationalité suisse, issus de la course de côte, ont pris le volant de notre Clio. Deux d’entre eux découvrent le pilotage d’une Clio 3 Cup, Thierry Mathez et Hervé Villoz. Tandis que Fabrice Oulevey, quant à lui, récidive après avoir découvert le TTE à Nogaro en 2013. Les essais du vendredi se déroulèrent sans encombres.

 

Thierry nous explique :

« Je suis un peu dans l’inconnu, je n’arrive pas encore à cerner l’auto, mais elle est très très 

plaisante. Je constate que le manque de roulage me sanctionne immédiatement. Mais je me suis malgré tout beaucoup amusé dans l’auto. » 

 

La séance qualificative se déroula le samedi matin sur une piste très froide et humide, seulement 2°C dans l’air. De part la découverte de l’auto sous la pluie, il fut difficile à nos trois compères de réaliser un chrono significatif. Avec seulement trois tours chacun sur le tracé spadois, le résultat n’est pas à la hauteur de leur espérance. Notre trio n’arrive pas à trouver l’équilibre de l’auto sous la pluie. Il se classe malgré tout à la 9ème position de classe, avec des chronos réguliers et prometteurs. Le team manager nous donne son avis :

 

« Les conditions de pistes n’étaient pas évidentes et peu de pilotes ont pu se sortir de ces conditions difficiles, je tiens à féliciter notre équipage du weekend qui, je pense, fera une belle course une fois qu’ils aurons trouvé leurs marques dans l’auto. Bravo également à notre ancien pilote Guillaume GREUET qui réalise une superbe pôle. Cela fait deux pilotes ou anciens pilotes qui signent la pôle de classe à Spa et deux années de suite ! » (rire).

 

Alors que les autos se mirent en grille sur une piste détrempée, la neige fit son apparition. Cela n’empêcha pas les 40 autos de s’élancer pour les 4 heures de course. Thierry MATHEZ fut le premier pilote à prendre le départ. Prudent, il garda sa place et engrangea de l’expérience. En fin de relai, il arrive à descendre ces chronos de 5 secondes pleines ! Fabrice OULEVEY prend le relai et parvient de suite à trouver un excellent rythme avec un meilleur tour réalisé en 3’26. Puis Hervé VILLOZ prend son premier relai et descend rapidement à 3’23 et est très régulier. Il remonte peu à peu dans le classement du trophée 1, il pointe à la 7ème position. Pour son second relai, Thierry repart sur une piste séchante. Il prend beaucoup d’assurance dans l’auto et descend les chronos en 3’05 »957, ce qui lui fait un chrono à 4 secondes du meilleur temps, à cet instant détenu par Guillaume GREUET. Alors qu’il ne reste que 1h20 de course, Fabrice prend son ultime relai et est d’emblée dans les chronos de Thierry avec un 3’07.

Alors qu’il reste 1 h de course, l’équipe s’aperçoit que depuis plusieurs minutes, la numéro 5 ne pointe plus sur les écrans. L’équipe apprend alors que l’auto a eu un choc contre le mur à Stavelots. L’abandon est alors inévitable.

 

Fabrice nous raconte sa mésaventure :

«  C’est vraiment pas de chance. Un concurrent est parti en tête à queue devant moi et la voiture devant a pu l’éviter mais pas moi. Le pilote de cette auto en perdition a lâché les freins alors qu’il était en tête à queue, ce qui a eu pour conséquence qu’il revienne sur la piste alors que j’étais présent. J’espère qu’il n’y a pas trop de dégâts sur l’auto mais la roue est partiellement arrachée. Je suis très déçu car,, part ma faute, mon ami Hervé n’aura pas roulé pour son dernier relai. C’est un accident bête. »

 

Hervé :

« Je n’en veux pas à Fabrice, c’est le jeu de la course. C’est dommage car la piste séchait et l’équipe souhaitait qu’on passe les slicks. Ce sera pour une prochaine fois. »

 

Thierry :

« Dans ce dernier relai, je me suis fais réellement plaisir. L’équilibre de l’auto était parfait !! Je pense qu’il aurait peut être fallu garder les pluies pour Hervé afin qu’il puisse prendre encore plus confiance dans l’auto. Malheureusement, la touchette ne l’a pas permise, ce n’est que partie remise. »

 

Le trio suisse se classe donc 37ème et est malgré tout classé car la voiture a parcouru plus de 75% de la course. Fort heureusement, l’auto n’a que peu souffert de l’accrochage, seulement un amortisseur cassé, une aile et un pare-choc. Elle sera donc remise sur roues pour le 11 avril pour une journée d’entrainement prévisionnelle aux 4 heures du Castellet pour un équipage 100% Auvergne.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *